Politique

Projet de déstabilisation : Atanga Nji ne lâche pas Kamto

Projet de déstabilisation : Atanga Nji ne lâche pas Kamto

Le Minât vient d’instruire des gouverneurs de région de stopper les ardeurs anarchiques du leader du Mrc et de ses partisans.

Le projet anarchiste du leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc, opposition) semble déjà voué à l’échec. Dans un message porté daté du 14 septembre, le ministre en charge de l’Administration territoriale (Minât), Paul Atanga Nji, instruit aux gouverneurs des régions du Centre, du Littoral et de l’Ouest de prendre des dispositions en vue d’éviter la mise en œuvre du plan de soulèvement populaire dénommé «révolution des abeilles», que Maurice Kamto et ses lieutenants entendent mettre en œuvre à compter du 22 courant.

Aux «chef de terre», Paul Atanga Nji a ainsi instruit la mise en place d’un «système de ‘ surveillance de tous les militants et sympathisants» du Mrc. Il demande également auxdites autorités, dans l’hypothèse où le Mrc s’obstinerait à implémenter son agenda caché, à procéder «sans faiblesse» et «sans la moindre complaisance» mais avec professionnalisme avant, pendant et après les élections régionales prévues le 6 ’ décembre, à des interpellations suivies de gardes à vue.

L’avertissement indirect du Minât, qui plus est par ces temps de pandémie du coronavirus où les rassemblements de personnes sont étroitement encadrés, s’adresse également aux lanceurs de mots d’ordre violents de désobéissance civile par écrit, à travers les médias audiovisuels ou par voie électronique.

Soutiens occultes. Selon des sources proches du dossier, Maurice Kamto et les siens, à travers «révolution des abeilles», espèrent provoquer un soulèvement populaire afin de parvenir aux affaires par la force. En procédant par la provocation tous azimuts, ils espèrent se faire arrêter et emprisonner, pour ensuite jouer les martyrs de la démocratie aux yeux de la communauté internationale, auprès de laquelle le leader du Mrc, qui continue de s’autoproclamer «président élu» à l’occasion du scrutin du 7 octobre 2018, quémande depuis lors des soutiens occultes à travers la planète.

Il convient, sur le sujet, dé noter que les tentatives de déstabilisation du Cameroun, par l’ex-ministre délégué à la Justice, se sont jusqu’à présent soldées par une quasi-indifférence de ses compatriotes. D’où sans doute son obsession à créer des coups d’éclat pour continuer d’exister, lui qui s’est volontairement mis sur la touche en boycottant les législatives et municipales du 9 février 2020. Lui qui, surtout, apparaît bien isolé au sein d’une opposition qui depuis lors observe ses gesticulations comme on le ferait d’un curieux oiseau.

Le 7 septembre, rappelle-t-on, le Minât avait déjà adressé un avertissement sans frais aux meneurs de la prétendue «révolution des abeilles». Lors d’un point de presse, Paul Atanga Nji il a moqué «certains responsables de partis politiques, en perte de vitesse», à l’origine de mots d’ordre irresponsables en qui posent des préalables pour la tenue de l’élection des conseillers régionaux. Il avait fustigé ceux qui planifient «des actions visant à déstabiliser les instituions républicaines et contre celui qui les incarne», à savoir Paul Biya.

En sa qualité de garant du maintien de l’ordre, de la protection des personnes et de leurs biens, mais aussi de l’encadrement des activités des partis politiques et autres organisations non gouvernementales, le membre du gouvernement avait, ce jour-là, prévenu qu’«aucun écart de comportement ne sera toléré de quelque parti politique que ce soit et de qui que ce soit». Le show de Maurice Kamto pourrait avoir des allures de grosse farce.