Politique

Njombe-Penja : dépouillement sous haute sécurité

Njombe-Penja : dépouillement sous haute sécurité

Les échanges ne sont pas cordiaux entre les électeurs venus assister aux décomptes de voix dans les trois bureaux de vote de l’Ecole catholique stade de foot de Penja.

Il est un peu plus de 18h, dimanche, 09 février. Furieux, les premiers ne dissimulent pas leur colère suite à l’interdiction d’accès dans les bureaux de vote « sur ordre du sous-préfet ». Ils sont donc tenus à bonne distance des bureaux de vote et ne manquent pas de dénoncer une tentative de corruption des scrutateurs, jusque-là, seuls admis à prendre part au dépouillement.

Face à la foule de plus en plus menaçante, le président du bureau de vote «A » situé dans cette école, va mettre le tableau à l’extérieur de la salle, avant d’entamer ledit dépouillement. Dès lors, les électeurs se ruent vers les bureaux de vote « B » et « C ». Les décomptes se font dans la pénombre, quand on ne fait pas recours à la lumière des torches et téléphones portables, sous le regard des policiers.

Dans les trois bureaux de vote du Foyer municipal de la gare, des militaires armés tiennent les électeurs à bonne distance. Peu près, ces hommes en tenue lève la veille, en permettant au public d’assister au dépouillement. Une ambiance électrique similaire a régné tout au long de la journée dans plusieurs bureaux de vote de la ville de Penja où le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), le Social Democratic Front (SDF), le Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn) et le Mouvement patriotique pour un Cameroun nouveau (Mpcn) de Paul Eric Kingue sont en compétition pour les législatives. Outre les trois premiers partis, l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) entre en lice aux municipales.

A l’extérieur de certains bureaux de vote, l’on assiste à des scènes d’intimidation entre les militants du Rdpc et ceux du Mpcn, les deux principaux partis en compétition. Tout comme les militants des deux formations politiques s’accusent mutuellement d’aider certaines personnes à retrouver leur nom et numéro sur les listes électorales, pour leur demander en retour de voter pour leur parti, en leur indiquant la couleur du bulletin de vote. Ce qui a failli dégénérer en bagarre comme ce fut plusieurs fois le cas devant les bureaux de vote du Foyer et de l’Ecole catholique, n’eût été la présence de la police qui prenait soin de disperser les électeurs ayant déjà voté.

Au terme du dépouillement pour les législatives, le Mpcn s’en sort respectivement avec 81,106 et 107 voix dans les trois bureaux de vote de l’Ecole catholique stade de foot. Il est suivi du Rdpc : 37,50 et 44 voix. Pour les municipales, le Mpcn enregistre 91 et 73 voix dans les bureaux de vote « A » et « C », contre 48 et 28 voix pour le Rdpc. Le Mpcn est également en avance dans les bureaux de vote du Foyer municipal de la gare, de la Délégation de l’agriculture et de la Poste.