Politique

Malawi: en mauvaise passe, le parti au pouvoir demande l'annulation de la présidentielle

Malawi: en mauvaise passe, le parti au pouvoir demande l'annulation de la présidentielle

Au Malawi, s’achemine-t-on vers une nouvelle annulation de la présidentielle du mardi dernier? En attendant le verdict de la Commission électorale du Malawi (MEC), c’est ce que réclame le parti au pouvoir.

Le parti du président sortant Peter Mutharika a demandé l’annulation de la présidentielle du 23 juin dernier. Dans un communiqué publié vendredi, le secrétaire administratif du DPP, Francis Mphepo a fait « état de plusieurs incidents qui peuvent potentiellement affecter l’intégrité et la crédibilité des résultats de l’élection présidentielle ».

En effet, le parti affirme avoir répertorié les bureaux de vote dont ses observateurs auraient été exclus et a déclaré que plus de 1,5 million de votes avaient été entachés de « violence et d’intimidation ». « Il ne fait aucun doute que ces irrégularités et ces mauvaises pratiques affecteront substantiellement les résultats d’une manière ou d’une autre », a poursuivi M. Mphepo.

Par conséquent, le parti du président sortant espère une « déclaration selon laquelle l’élection présidentielle n’a pas été concluante ». Le porte-parole de la Commission électorale du Malawi (MEC), Sangwani Mwafurlirwa, a déclaré au cours d’un point presse que « la commission examine ces plaintes et rendra bientôt sa décision ».

Lors du scrutin disputé en mai 2019, la Commission électorale (MEC) avait proclamé la victoire de Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, avec 38,57% des suffrages contre 35,41% à Lazarus Chakwera. Un scrutin finalement invalidé par la cour constitutionnelle suite à une plainte du chef de file de l’opposition.