Politique

Législatives et municipales : les chefs traditionnels du Wouri sont en colère

Législatives et municipales : les chefs traditionnels du Wouri sont en colère

Les chefs traditionnels du Wouri constatent que les partis politiques n’ont pas pris en compte leurs doléances.

Les chefs traditionnels du Wouri notent que les partis politiques n’ont pas tenu compte de leurs revendications dans la composition des listes présentées pour les élections législatives et municipales du 9 février 2020. Rappelons qu’ils avaient souhaité avoir dans lesdites listes,  55% de conseillers municipaux, 90% des postes de maires à défaut d’avoir les 100% et au moins la moitié des sièges de députés. Cependant après publication des listes par Elections cameroon (Elecam), ils constatent qu’il n’en est rien de tel. Aucune formation politique n’a respecté la mesure qui selon, le président de l’association des chefs traditionnels du Wouri Sa Majesté Essombey Ndambwe Ness Ruben, visait à mettre un terme à la marginalisation des fils de leur département dans les différents parti politiques.

Ils reconnaissent toutefois, que seul le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) s’était rapproché de l’association. Même si ce rapprochement a accouché d’une souris. Ils avaient même parlé des différents mécanismes qui pourraient aboutir au respect de la consigne des autorités traditionnelles. Les chefs reconnaissent aussi que le tort revient aux fils du Wouri. Sa Majesté Essombey Ndambwe Ness reconnaît que ces résultats sont en grande partie la cause de leurs propres fils, qui selon lui ne s’engagent pas toujours à temps et ne se donnent pas toutes les chances de sélection. Il trouve quand même cette situation très dommageable puisqu’elle peut s’assimiler à un mépris.

Toutefois les chefs traditionnels du Wouri émettent le vœu de voir les élections législatives et municipales se déroulent dans leur territoire sans heurts et sans couacs.