Politique

Le MRC et le PCRN dénoncent des actes dans l'administration visant à écarter leurs candidatures aux scrutins de 2020

Le MRC et le PCRN dénoncent des actes dans l'administration visant à écarter leurs candidatures aux scrutins de 2020

Les candidatures de l’opposition font-elles l’objet de marginalisation en vue des prochains scrutins électoraux de février 2020 ? A en croire les partis MRC de Maurice Kamto et PCRN de Cabral Libii, certaines administrations exigent des pièces difficiles à fournir, dans l’unique but d’écarter des probables candidatures de l’opposition.

C’est la croix et la bannière pour l’obtention du certificat de domicile

Selon Roger Justin Noah, Secrétaire général adjoint du MRC, « certaines autorités administratives nous compliquent la situation pour l’obtention du certificat de domicile. Il y a des camarades à Douala 3ème à qui le sous-préfet a demandé de produire des documents qui ne sont pas prévus par la loi pour l’obtention du certificat de domicile, notamment la taxe foncière et le contrat de bail », affirme Roger Justin Noah, secrétaire général adjoint du MRC.

« Des administrateurs sur place qui exigent le paiement de la taxe foncière à nos candidats »

Pour Ousmane Malpetel, cadre au PCRN, l’on rencontre aussi des difficultés, notamment au niveau de l’administration fiscale. « Il s’agit de problèmes au niveau des impôts avec des administrateurs sur place qui exigent le paiement de la taxe foncière à nos candidats sur la maison de leurs parents où ils vivent. Pour ceux qui exercent une activité commerciale, il n’y a aucun problème à payer les impôts. Mais pour ceux qui n’ont aucune activité, il n’y a pas de raison de payer les impôts », constate-t-il.

Le DG des Impôts calme le jeu

Le Directeur général des Impôts, Modeste Mopa Fatoing a, dans un communiqué en date du 14 novembre 2019, indiqué que dans le cadre du double scrutin à venir, « l’Attestation de Non Redevance (ANR) est le seul document fiscal requis dans les pièces constitutives des dossiers. Elle tient lieu de certificat d’imposition ou de non-imposition et atteste de la régularité de la situation fiscale de son titulaire ».

Cette sortie mettra-t-elle de l’eau dans le vin de ces opposants ? Toujours en est-il que la question alimente les débats quelques jours après l’annonce de la date des élections législatives et municipales, fixées au 9 février 2020.