Politique

Interdiction des collectes du MRC : Christian Penda Ekoka répond à Paul Atanga NJI

Interdiction des collectes du MRC : Christian Penda Ekoka répond à Paul Atanga NJI

Après la sortie regrettable du ministre Paul Atanga NJI, les responsables du MRC ont choisi d’associer le ministre de l’administration territoriale et d’autres départements à cette opération populaire. Au lieu du bras de fer, le MRC tend la main au gouvernement.

Une lettre signée par Christian Penda Ekoka a atterri sur le bureau de Paul Atanga Nji tard dans la journée de Mardi. Une réponse à la sortie quelques minutes plus tôt du Minat. Le responsable (Christian Penda EKOKA) du comité de gestion de ladite initiative a adressé une lettre au MINAT en vue pour le ministère de désigner un cadre de son département ministériel qui représentera le ministre au sein du comité de gestion dudit projet.

En plus du Ministre de l’Administration Territoriale, le MRC a adressé des invitations à participer au projet à plusieurs autres institutions. Notamment, le DGSN, le Ministre des Finances, le Ministre de la Santé Publique, Au Secrétariat d’Etat à la Défense, au Président de l’ordre des médecins. L’objectif est le même, désigner un représentant dans la gestion du projet.

Au lieu d’entamer des discussions, ou un bras de fer sans fin, le comité de gestion de l’initiative Survie Cameroun choisit de tendre la main d’association et de solliciter l’accompagnement des institutions de la République. Une stratégie dont on attend encore les résultats. Il aurait été plus légal de demander comme le prescrit la loi, une autorisation du MINAT pour effectuer l’appel à la générosité publique. Mais on peut très bien deviner le sort que Paul Atanga Nji aurait réserver à cette demande. Compte tenu de ce qu’il ressent pour le MRC. Un amour qui ne dit pas son nom.

La balle est désormais dans le camp de l’administration qui a désormais la responsabilité : soit de faire comprendre à une frange de camerounais que leur soutien n’est pas la bienvenue dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, ce qui serait suicidaire pour un pays comme le nôtre dont la trésorerie connaît d’énormes tensions ; soit d’accepter de manière dérogatoire que ce soutien, que cette bouffée d’air qui vient du MRC participe au déploiement de l’administration pour secourir les citoyens qui ont besoin de soutiens divers. Une acceptation qui pourrait poser les jalons d’une véritable consolidation de l’unité nationale. Car c’est dans ces moments de crise que la fédération des efforts crée un attachement commun entre les différents citoyens. Un acte qui pourrait faire reculer les maux du champs lexical du clanisme et du chauvinisme.

Stéphane NZESSEU