Politique

Fichier solde : l'opération d'assainissement se poursuit

Fichier solde : l'opération d'assainissement se poursuit

Après avoir expurgé du fichier des personnels de l’Etat les agents fie décédés, démissionnaires ou en détachement, le gouvernement a enclenché l’autre phase consiste à élaguer tous les éléments de solde irréguliers qui alourdissent la masse salariale

Depuis quelques temps, une polémique enfle au sujet d’une supposée suppression de la prime de technicité à certains personnels de santé. En fait, en découvrant leur bulletin de solde du mois de juillet dernier, certains médecins ont été surpris de voir une soustraction de 2400Fcfa de leurs revenus mensuels. Du coup, cela s’apparente à la suppression d’une prime qui leur est due. Mais, à l’analyse, selon le ministère des Finances, il n’en est rien bien que les concernés aient raison sur l’effet de surprise.

En réalité, le lancement en mars 2018 du comptage physique du personnel de l’Etat n’a été que le déclencheur d’une vaste opération d’assainissement du fichier solde de la fonction publique. La première phase ayant permis d’engranger une énorme économie budgétaire de plus de 35 milliards FCFA par an. Aussi le fichier solde étant réputé contenir bien d’autres irrégularités, les administrations sectorielles devaient à leur tour aider au toilettage des autres scories et aspérités qui alourdissent inutilement et grossièrement la masse salariale à l’instar des primes et gratifications indues.

C’est donc dans cette dynamique d’assainissement désormais permanent auquel tous les départements ministériels sont astreints, voire contraints, que la fameuse prime de technicité doublement perçue par certains personnels de santé est passée à la trappe. En effet, depuis 2002, à la faveur d’un décret présidentiel fixant les modalités d’attribution, et le montant des primes allouées aux fonctionnaires des corps de la santé publique, ceux-ci bénéficient de trois primes, notamment les primes de technicité, de santé publique et d’astreinte d’une valeur globale de 43000.

«En son article 7, ledit décret abroge toutes les dispositions antérieures contraires. Autrement dit, ceux des personnels concernés qui bénéficiaient déjà d’une prime de technicité auparavant, devaient la voir purement et simplement annulée. Malheureusement, les services en charge de la manœuvre de retrait de ladite prime ont failli à leur devoir. Du coup, son personnels, en plus de l’ancienne prime de technicité, se sont vus attribués la nouvelle ainsi que les deux autres suscitées», explique-t-on au ministère des Finances.

Ainsi, pendant 18 ans, 4490 personnels fonctionnaires de la santé publique ont perçu deux fois une prime pour le même travail avec une incidence financière d’environ 2,5 milliards de Fcfa. Cette irrégularité débusquée par les services du ministère de la Santé publique, a été aussitôt portée à l’attention du Comité interministériel d’assainissement qui n’a pas eu d’autre choix que d’exiger la suspension de cette prime.

Pour le gouvernement, il s’agit d’un pas supplémentaire sur la voie de l’assainissement du fichier solde de l’Etat qui se poursuivra avec la même intensité. Il convient de signaler que ledit Comité siège mensuellement. Au-delà des cas de fraude et d’irrégularités diverses qu’il est appelé à traquer, ce comité s’évertue également à maintenir à un niveau raisonnable, le plafond mensuel de la masse salariale de l’Etat. C’est ainsi qu’il compte à son actif plusieurs faits d’arme qui n’ont pas toujours été portés à l’attention du grand public.