Politique

Extrême-Nord: L'opération Haute Intensité de Main d'œuvre (HIMO) a permis la création de 4 249 emplois

Extrême-Nord: L'opération Haute Intensité de Main d'œuvre (HIMO) a permis la création de 4 249 emplois

L’opération Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO) a généré 4249 emplois dans 11 communes de la région de l’Extrême Nord.

Cette opération était portée par le Programme National de Développement Participation que le ministère de l’économie, de la Planification et de l’aménagement du territoire avait initié. Il s’agissait de lutter contre le chômage. Il était aussi question de freiner l’enrôlement des jeunes dans le groupe armé Boko Haram.

La deuxième phase du projet HIMO a été financé par l’Agence française de développement et le ministère de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT).

Un financement de 6,6 milliards FCFA

Financé à hauteur de 6,6 milliards FCFA, le projet voulait « freiner l’enrôlement des jeunes par la secte terroriste Boko Haram en leur permettant de créer des emplois ». « Ce projet vise aussi à promouvoir le développement de l’économie locale des communes cibles à travers la construction ou la réhabilitation des infrastructures socioéconomique issus du programme d’aménagement du territoire initié par le MINEPAT ». C’est ce que rapporte le quotidien national Cameroon Tribune en date du 10 mars 2020.

35% de femmes

Selon ce média, sur les 4249 emplois, on compte « . 35% de femmes ». Il y a également « 4071 jeunes formés dont 3 914 insérés dans le circuit économique ». On note aussi « 184 acteurs locaux se recrutant dans les ONG, les entreprises qui ont été formés à l’approche HIMO ».

« Le projet HIMO a innové et a contribué à relever les défis d’intégration citoyenne et responsable de la jeunesse ». C’est ce que pense Ousman Hamadou. Il est expert HIMO.

Facile accès des femmes à la terre

Selon Cameroon Tribune, le projet HIMO constitue en fait une réelle chance pour les populations de l’Extrême Nord. En effet il a permis une meilleure promotion des femmes en facilitant leur accès à la propriété foncière.

La deuxième phase du projet devrait officiellement prendre fin le 20 mars prochain. Une troisième phase devrait incessamment démarrer. D’un montant de 10 milliards FCFA, la 3e phase devrait être financé par l’AFD.