Politique

Décentralisation : les dernières heures des supers maires nommés par décrets présidentiels

Décentralisation : les dernières heures des supers maires nommés par décrets présidentiels

Avec l’effectivité du nouveau Code général des Collectivités Territoriales Décentralisées, les délégués du gouvernement auprès des communauté urbaines du pays sont désormais élus. Les jours des délégués du gouvernement en poste dans les grandes villes camerounaises sont comptés.

L’élection du maire de la ville et ses adjoints est fixée au 3 mars 2020 selon la réglementation en vigueur. Elle sera précédée par celle des exécutifs municipaux des arrondissements au plus tard le 25 février 2020.

Les clarifications du ministre de la Décentralisation et du Développement Local (Mindevel)

Dans une circulaire signée le 13 février 2020, le ministre de la Décentralisation et du Développement Local, Georges Elanga Obam, indique que «le candidat à la fonction de maire de la ville devra être préalablement élu maire de sa commune d’arrondissement». Il devra par ailleurs, précise la loi, être autochtone de la ville ou originaire de la région d’attache de la ville. En cas de vote favorable, rappelle la circulaire ministérielle, «le maire est démis d’office de ses fonctions de maire de commune d’arrondissement».

Les délégués du gouvernement appelés à libérer le plancher

La fonction de maire de la ville n’est donc plus dévolue aux délégués du gouvernement considérés comme des inamovibles par la force du décret présidentiel. Ces derniers ne rendaient pas compte aux populations, mais plutôt au Chef de l’Etat.

L’élection du maire de la ville qui sonne le glas du poste de délégué du gouvernement est donc une avancée dans le processus de la décentralisation.