Politique

Crise dans le Noso : le Mindef annonce l'interpellation d'un militaire à Bamenda

Crise dans le Noso : le Mindef annonce l'interpellation d'un militaire à Bamenda

Dans un communiqué publié sur les antennes du Poste national(CRTV) ce 19 février 2020 au cours du journal de 17h, Joseph Béti Assomo ministre délégué à la Présidence Chargé de la Défense annonce l’interpellation d’un soldat. En effet, ce dernier a ouvert le feu sur deux individus dans un hôpital de Bamenda. Le drame s’est produit très tôt ce jour dans le chef lieu de la région du Nord-Ouest.

«En effet, interpellé par une patrouille de la base aérienne 501, qui traquait précisément un groupe de terroristes sécessionnistes, le véhicule de marque Toyota de type Tercel immatriculé NO 366AB a pris la fuite après un refus d’obtempérer, obligeant la patrouille à se lancer à sa poursuite», indique le communiqué.

Les faits selon le communiqué du Mindef

Le véhicule et ses deux occupants vont ainsi se réfugier dans le centre hospitalier susmentionné. Et c’est là, qu’ils seront abattus, apprend-on.

«… Le véhicule suspect va changer de cap malgré les sommations d’usage, avant de tenter une planque dans le parking de Saint Mary Catholic Hospital, lieu précisément où un soldat ouvrira le feu en violation des règles d’engagement», précise le communiqué du MINDEF.

Le chauffeur du véhicule, un certain Fuh Augustine, né le 1er février 1971 à Bafut sera mortellement atteint. Le second occupant de la voiture, Fruh Romanus, a été «blessé par balle à la jambe gauche il y a deux semaines sur l’axe Mbengwi-Bamenda au cours d’une confrontation avec les forces de défense et de sécurité. Il en est résulté une amputation de ladite jambe au Saint Mary Catholic Hospital où ce dernier recevait des soins comme patient externe», lit-on.

Interpellation du soldat

Le ministre de la Défense renseigne que le «soldat auteur des coups de feu a immédiatement été mis aux arrêts à la compagnie de gendarmerie de Bamenda. L’enquête en flagrance commandée aussitôt ouverte est en cours et la quintessence de ses conclusions pourrait être rendue publique en temps opportun».