Politique

Atanga Nji destitue Sa Majesté Biloa Effa de ses fonctions de chef de quartier

Atanga Nji destitue Sa Majesté Biloa Effa de ses fonctions de chef de quartier

Le ministre de l’Administration territoriale accuse Sa Majesté Biloa Effa entre autres d’incitation à l’insurrection.

Paul Atanga Nji vient de le décider. Sa Majesté Biloa Effa n’est plus le chef du quartier Messa Nkoba’a. Dans l’arrêté, le ministre de l’Administration territoriale cite comme motif ayant conduit à la prise de cette décision: instigation et incitation à l’insurrection, insubordination caractérisée à l’endroit des autorités administratives, participation active à une manifestation publique interdite.

Pour parler en bref de Sa Majesté Effa, il faut souligner qu’il a des positions qui ne plaisent pas toujours à l’administration. Par exemple, il a fait une lecture sur la mutinerie survenue à la prison de Kondengui. Tout d’abord celui qui est Conseiller spécial du président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun, Maurice Kamto indique que la prison de Kondengui est un « mouroir par excellence aux conditions de vie inhumaines« . Ayant été incarcéré, il a fait savoir dans une de ses sorties épistolaires qu’il s’agit d’un « espace exécrable naguère source de son effroi n’a pas altéré mon moral, mon corps non plus« .

Aux origines du tribalisme

Sa Majesté Effa Biloa affirme que c’est l’administration qui veut pousser les camerounais à se haïr. « Ils utilisent des subterfuges tel le tribalisme ; ils ont tout faux ; ils n’arriveront jamais à nous distraire car, il ne nous échappe pas que le peuple dans son immense majorité souffre d’absence de perception de ce que nos adversaires tristement mués en ennemis identifiés dans un groupuscule de privilégiés se délectent de nos souffrances. C’est les ennemis de la postérité, c’est lui l’ennemi de la posté rité, c’est lui l’ennemi de la redistribution équitable des ressources du produit national, c’est lui l’ennemi de l’idéal visant l’amélioration du cadre de vie des concitoyens« , a-t-il écrit.