International

Niger: voici comment s'organisent les forces de sécurité pour venir à bout des auteurs de l'attaque de Kouré

Niger: voici comment s'organisent les forces de sécurité pour venir à bout des auteurs de l'attaque de Kouré

Deux jours après l’attaque terroriste dans la zone de Kouré au Niger, les forces de sécurité font des pieds et des mains pour traquer les auteurs de ce drame. Le magazine Jeune Afrique en dévoile les coulisses.

Lundi 10 août, la réunion du Conseil national de sécurité, habituellement effectuée mardi, est exceptionnellement décalée d’un jour, au niveau du palais présidentiel sis à Niamey, la capitale. A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle, le Niger ayant subi, la veille, une attaque terroriste qui a coûté la vie à deux nigériens et six français, abattus par des hommes armés venus à moto dans la zone de Kouré au sud-est de la capitale.

Jusqu’ici pas encore identifiés, les assaillants, en fuite, sont fortement recherchés par les forces de défense et de sécurité nigériennes. Et pour mener à bien cette opération, les plus haut gradés de l’armée ainsi que les ministres concernés étaient présents durant cette réunion: à la Défense, Issoufou Katambé, à l’Intérieur, Alkache Alhada, et à la direction du cabinet, Mahamadou Ouhoumoudou.

Katambé est un vieux compagnon de route du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS, au pouvoir), et Mahamadou Ouhoumoudou est le principal collaborateur du président Issoufou depuis des années. Quant à Alkache Alhada, c’est son ancien directeur de cabinet adjoint.

Pour Mahamadou Issoufou, il faut faire la lumière sur cette attaque, non seulement parce qu’elle a suscité l’émotion au Niger et en France, mais aussi parce qu’elle a frappé un symbole du pays, à seulement une heure de route de Niamey, la capitale. Le chef de l’État nigérien, qui s’est entretenu dimanche avec son homologue français Emmanuel Macron, a décidé d’étendre l’état d’urgence à toute la zone de Kouré, indique Jeune Afrique.

Ratissage de terrain, la priorité

Issoufou a, en outre, décrété l’interdiction d’accéder à ladite zone. Les forces de défense et de sécurité du Niger ont ainsi totalement bouclé Kouré et contrôlent les points d’entrée et sortie de ce territoire. Priorité est donnée au ratissage du terrain, à la recherche des assaillants ou d’indices de leur passage, poursuit le média panafricain.

Des traces de véhicules appartenant éventuellement aux assaillants ont été retrouvées lundi par des éléments de l’armée nigérienne assistés par ceux de la force Barkhane et sont en cours d’analyse. Aussi, un suspect a été interpellé et mis à la disposition des équipes d’investigation.

La piste menant à la zone des trois frontières et à l’État islamique au grand Sahara, dirigé par Adnane Abou Walid al-Sahraoui et mis sous pression par l’armée nigérienne, l’opération Barkhane et, sur un autre front, par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), d’Iyad Ag Ghaly, est toujours privilégiée par les forces de sécurité nigériennes, précise Jeune Afrique.