International

Kenya : près d'une centaine de femmes et filles ougandaises libérées de la traite

Kenya : près d'une centaine de femmes et filles ougandaises libérées de la traite

Plus de 90 femmes et filles ougandaises victimes de la traite à travers la frontière avec le Kenya ont été secourues et sont rentrées chez elles, rapporte BBC.

La police ougandaise a déclaré que les femmes et filles ont été introduites clandestinement à Nairobi au cours des trois dernières années pour travailler comme femme de ménage. Elles sont détenues au siège de la Direction des enquêtes criminelles à Kampala pour une vérification des antécédents et des conseils en cas de traumatisme. Selon la police, citée par BBC, un peu moins de la moitié d’entre elles sont des mineurs, certains dès l’âge de 13 ans.

Une opération conjointe menée par les autorités ougandaises et kényanes pour sauver le groupe a eu lieu dimanche dans deux banlieues de Nairobi. Selon la police, même si 91 femmes et filles ont été libérées, d’autres se sont enfuies à l’arrivée des policiers. Une femme ougandaise soupçonnée d’être leur trafiquant est en détention à Nairobi.

Les médias locaux ont rapporté que le groupe était censé être introduit clandestinement aux Émirats arabes unis ou même en Somalie pour être asservi par le groupe islamiste al-Shabab. Mais le porte-parole du CID de l’Ouganda dit qu’ils n’ont aucune preuve à cet effet. En 2018, le gouvernement ougandais a annoncé avoir enquêté sur 286 cas présumés de traite, contre 176 l’année précédente. Mais seulement 10 trafiquants ont été condamnés en 2018.