International

Gabon : Georges Mpaga démontre les faits de « corruption et blanchiment d’argent » dont le fils d’Ali Bongo est accusé

Gabon : Georges Mpaga démontre les faits de « corruption et blanchiment d’argent » dont le fils d’Ali Bongo est accusé

 Selon Gabonactu.com, Nourredin Bongo Valentin est poursuivi par quatre leaders de la société civile gabonaise pour les faits de « corruption et blanchiment d’argent ».

 « Corruption et blanchiment d’argent » sont des griefs que les membres de la société civile gabonaise ont brandis dans leur plainte déposée auprès des juridictions compétentes contre Nourrédin Bongo Valentin ce lundi le 13 janvier 2020.

Les acteurs de la plainte contre Nourredin Bongo

Selon nos confrères, Ghislain Malanda président du mouvement Sauvons la République, Marcel Libama président du mouvement Ça suffit comme ça, Georges Mpaga président exécutif du ROLBG et Jean Remy Yama président de la Confédération syndicale Dynamique unitaire, sont les auteurs de ladite plainte.

Scandale financier

Georges Mpaga explique cette plainte se base sur des faits récents : « Nous nous basons sur le scandale qui s’est déroulé il y a bientôt une semaine. Des éléments de la gendarmerie ont raisonné un véhicule contenant des millions. Un véhicule qui était conduit par des agents de la garde présidentielle qui ont déclaré que cet argent appartenait à Nourredin Bongo », reproche-t-il au coordonnateur général des affaires présidentielles sur Radio France International(RFI) ce 14 janvier 2020.

Outre cet argument de corruption, mieux d’enrichissement illicite, ressort le blanchiment des capitaux.

Blanchiment des capitaux

« L’autre fait c’est le blanchiment des capitaux. Le bâtiment habitant l’Hôtel Les nomades est un bâtiment public qui a été construit dans le cadre de la coupe d’Afrique des Nations. Aujourd’hui ce bâtiment appartient à Nourredin Bongo. Nourredin Bongo est donc actionnaire à cet hôtel ; ce qui constitue une prise illégale d’intérêts. Donc nous estimons que le fils du président de la République qui est miraculeusement propulsé à la fonction de coordonnateur général des affaires présidentielles doit faire montre de ces actes devant la Justice. Il doit être poursuivi par toutes les juridictions compétentes. L’opération anticorruption est une opération qui doit être impartiale, qui doit être concentrée sur les criminels financiers y compris ceux de la famille Bongo », dénonce Georges Mpaga président exécutif du ROLBG au microphone du média français.