International

Burundi : villa de luxe et avantages exorbitants pour un président retraité

Burundi : villa de luxe et avantages exorbitants pour un président retraité

Une villa de luxe et une somme unique équivalente à plus de 500 000 $, c’est ce que les présidents du Burundi recevront après leur départ, selon la nouvelle législation adoptée par le Parlement du pays.

La décision prise mardi est intervenue plusieurs mois avant l’élection prévue en mai, au cours de laquelle le président Pierre Nkurunziza a déclaré qu’il ne se présenterait pas. En 2015, sa campagne pour un troisième mandat a plongé le pays dans la violence et conduit à une crise politique persistante. La nouvelle loi stipule qu’à la fin du mandat, le président recevra « une villa de luxe construite avec des fonds publics à l’emplacement de leur choix dans les cinq ans, ainsi qu’une allocation unique d’un milliard de francs burundais (530 000 $) « .

Ce montant est une fortune au Burundi où plus de 65% de la population vivent dans la pauvreté et où 50% du pays sont en situation d’insécurité alimentaire, selon le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies. La loi, adoptée avec 98 voix pour et deux contre, différencie les anciens chefs d’État élus au suffrage universel, dont Nkurunziza est le seul candidat, et ceux qui sont arrivés au pouvoir via un accord de paix ou un coup d’État militaire.

« Un président qui est arrivé au pouvoir par le simple consensus d’un groupe de politiciens n’a pas le même respect que celui qui a été élu démocratiquement », a déclaré à l’Assemblée nationale la ministre de la Justice Aimée-Laurentine Kanyana. Le président à la retraite bénéficiera également des mêmes avantages qu’un vice-président en fonction pendant sept ans après son départ, et recevra pour le reste de sa vie une allocation égale à celle d’un député. Le coût et la taille de la villa qui sera fournie ne sont pas précisés.