Economie

Tribalisme : l'administrateur du Fodecc accusé de ne recruter que les Bassa

Tribalisme : l'administrateur du Fodecc accusé de ne recruter que les Bassa

Les employés de Fodecc réclament le départ de Samuel Donatien Nengue. Ils l’accusent de des détournements massifs et impunis ; de l’incompétence notoire…

Le personnel de Fodecc (Fonds de développement des filières cacao café) réclame le départ de  Samuel Donatien Nengue. Il accuse l’administrateur de Fodecc des détournements massifs et impunis ; de l’incompétence notoire. Mais aussi, de la violation des lois et règlements en vigueur dans la République du Cameroun.

Recrutements illégaux

A titre d’exemple, Samuel Donatien Nengue est décidé à s’inscrire en porte à faux avec l’équilibre régional en vigueur dans l’administration des institutions au Cameroun. Sinon.

« Comment comprendre que Nengue Samuel Donatien, Bassa, veuille mettre les Bassa à tous les postes stratégiques de la structures. Tels que le Chef de département administratif et financier, le Chef de département informatique. Le Chef service de la comptabilité et du budget, le Chef service du courrier, l’Assistante de l’administrateur. Un Chef service en Informatique, trois cadres comptables, deux chauffeurs pour l’Administrateur etc. ? » S’interrogent les employés de la société dans une lettre adressée à Paul Biya pour dénoncer la gestion du directeur.

Gestion illégale du personnel

Dans la lettre adressée au Chef de l’Etat, les employés de Fodecc  dénonce la gestion illégale du personnel.  Pour eux, l’administrateur méprise les dispositions du décret n ° 2019/320. En particulier son article 26 relatif à la communication en début d’année budgétaire à l’organe délibérant, l’effectif des agents appelés à faire valoir leurs droits à la retraite. A titre illustratif, « Ngo Massoma Ruth, Bassa, appelée à faire valoir ses droits à la retraite à 60 ans dès le 15 avril 2020, n’est pas encore notifiée au 17 février 2020. » Dénoncent les travailleurs.

Il en va de même pour le cas Ngo Sombay, également Bassa et sœur de Samuel Donatien Nengue. Celui-ci ne cesse de proroger ses activités au FODECC. Pourtant elle est admise à faire valoir ses droits à la retraite en 2018. Ngo Sombay « a fini son deuxième contrat de six  mois en septembre 2019. Actuellement, elle continue de venir au Fodecc en fin février 2020 ». Lit-on.

Le dernier cas est celui de monsieur Lema. Il a été admis à faire valoir ses droits à la retraite à 60 ans au CICC, il y a trois ans. Nengue Samuel Donatien l’a récupéré, apprend-on. Sans lui fixer des objectifs précis. « Il ne fait que proroger ses activités par des contrats à durée indéterminée. Monsieur Lema a déjà épuisé deux contrats de six  mois. Il y a trois  mois de cela que son deuxième contrat est fini. Cependant, il est gardé au Fodecc actuellement sans contrat », fustigent les employés.