Economie

Polémique : Le Pad affirme avoir engrangé 4 060 000 000 pour janvier

Polémique : Le Pad affirme avoir engrangé 4 060 000 000 pour janvier

L’entreprise précise que le chiffre de 3,2 milliards de Fcfa qui a un temps circulé concernait une évacuation partielle chiffrée au 24 janvier 2020.

La bataille des chiffres évoquée par votre journal au sujet des recettes de la Régie du Terminal à Conteneurs du Port Autonome de Douala se poursuit. Cette fois c’est le service de communication du Pad qui revient à la charge pour préciser la donne :
« du 02 janvier au 1er février, la RTC a manutentionné environ 34 000 conteneurs pour un chiffre d’affaires de 4 060 000 000 de FCFA (quatre milliards soixante millions) contre 4.100 000 000 réalisés par l’ancien Concessionnaire », Indique Raoul Simplice Minlo, le chef du Département Communication de la plateforme portuaire. Au Pad, on explique cette légère baisse, entre autres, par la réduction de 10% que la RTC accorde à la manutention terre depuis le 1er janvier 2020. « Il s’agissait pour nous de libérer les bateaux de marchandises stationnés au port », précise-t-il.

Minlo relaie la satisfaction du Top Management du Pad qui se réjouit d’avoir réalisé cette performance dans un contexte de transition qui implique forcément une appropriation des outils de gestion par le nouveau personnel. Selon nos sources, le nouveau système d’ exploitation récemment acquis par le port de Douala et qui est entré en vigueur le 1er janvier 2020 nécessitait, pour les équipes qui vont assurer l’implémentation, un temps de formation minimale de 6 mois. Or cette formation n’aurait pas excédé 10 jours. Se pose donc le problème de la maîtrise technique de toutes les opérations liées à l’import et à l’export, avec comme conséquence éventuelle, le risque de congestion. Au Pad on préfère minimiser les implications de ce temps d’adaptation pour insister sur les bons points d’une gestion nationale du Terminal. « Contrairement à ce qui s’est fait pendant 15 ans, les gains engrangés par le Terminal à Conteneurs du Port de DoualaBonaberi vont, hormis quelques taxes, rester dans le circuit économique national », appuie Minlo.

En attendant…
En rappel, le Port autonome de Douala a succédé depuis ce mois de janvier 2020 au groupe français Bolloré, dans la gestion de son terminal à conteneur. Ce statu quo fait suite à une série de recours opposant APMT/Bolloré et le Port de Douala autour de la gestion lucrative de ce terminal, le plus grand d’Afrique centrale. En février 2019, le groupement APMT/ Bolloré a initié une action en justice, pour contester la réattribution de cette gestion au Suisse Terminal Investment Limited, au détriment de Douala International Terminal (DIT). Après un premier recours en justice et une intervention de Yaoundé, la finalisation du contrat avec le Suisse TIL a d’abord été suspendue. Ce jeudi 26 décembre, le tribunal administratif du Littoral a finalement décidé d’annuler purement et simplement l’ensemble de cette procédure controversée. Conséquence, le Pad a repris la gestion de son terminal, par le biais de la régie qu’il a fondée. Un nouvel appel d’offres devrait être lancé par la suite, puisque la gestion du terminal est une activité qui a été transférée au secteur privé.