Economie

Mohammed Mejbar remplacé par Alexandre Béziaud à la SCB Cameroun

Mohammed Mejbar remplacé par Alexandre Béziaud à la SCB Cameroun
Le groupe marocain Attijariwafa, actionnaire majoritaire de la SCB, et le gouvernement camerounais, veulent rechausser l’image de l’entreprise, et surtout mettre fin au climat de suspicion qui prévaut dans cet établissement de crédits.

Du changement à la Société Commerciale de Banque (SCB) au Cameroun. De sources fiables, EcoMatin a appris que l’actuel directeur général de la banque, Mohammed Mejbar, est sur le départ. Les administrateurs ont en effet choisi Alexandre Beziaud pour prendre la tête cet établissement bancaire comme nouveau directeur général, la décision devant être validée par la Commission bancaire d’Afrique central (Cobac), le gendarme du secteur dans la sous-région.

Alexandre Beziaud n’est pas un inconnu du secteur dans le pays, milieu dans lequel il revient après avoir disparu des radars durant un an environ. C’est en effet l’ancien directeur général de la Société générale de banque au Cameroun (SGBC) et c’est lui qui était aux commandes lorsque, sous l’impulsion de l’Hexagone, la banque avait changé de dénomination pour devenir Société Générale Cameroun (SGC). Il y avait été remplacé en décembre 2018 par la Sénégalaise Marème Mbaye Ndiaye, et des sources l’avaient annoncé comme « la nouvelle recrue d’un groupe bancaire marocain ».

C’est donc chose confirmée puisqu’Alexandre Beziaud revient au Cameroun pour, cette fois, déposer ses valises dans une des filiales camerounaises du groupe marocain Attijariwafa. Nos sources soulignent que l’Etat camerounais (qui détient 41% des actions) et le groupe bancaire souhaitent faire de SCB Cameroun « une banque véritablement internationale, avec quelqu’un qui n’est pas Marocain ». Alexandre Beziaud devra en tout cas travailler pour rehausser l’image de la banque.

Sous la gestion de son prédécesseur, l’environnement de SCB Cameroun n’a pas été de toute quiétude. Certes, Mohammed Mejbar laisse une banque aujourd’hui solide selon la Beac qui la classe parmi les plus performantes du pays, mais il est important de rappeler que son règne a été émaillé de plusieurs scandales qui auraient pu avoir des conséquences désastreuses.

On se souvient par exemple du scandale révélé par EcoMatin en mai 2019, lié à la crise des devises au sein de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac). L’affaire avait éclaté à la suite d’une mission de contrôle de la Beac qui avait révélé que SCB Cameroun n’avait pas rétrocédé, entre 2017 et 2019, quelque 1 200 milliards de FCFA de devises à la Banque centrale, optant plutôt de financer des opérations de commerce international dans des zones hors Cemac. Des sanctions, que la Beac avait finalement refusé d’appliquer, auraient pu causer la perte de la banque.

On peut également rappeler les interpellations et les incarcérations de nombreux cadres de la banque, généralement soupçonnés d’être au centre d’un vaste réseau de virement occultes de fonds au sein de la banque. Notamment l’interpellation de Victor Emmanuel Menye, directeur général adjoint, mis en détention provisoire dans le cadre d’une affaire judiciaire où il est reproché des malversations financières, à hauteur de milliards, à l’ancien ministre de la Défense, Edgard Alain Mebe Ngo’o.

L’image de la SCB Cameroun avait également été écornée par des dénonciations des divers camps formés entre les employés, qui se dénonçaient mutuellement de trafics d’influence, d’intimidations, d’abus de pouvoir, de détournements massifs, de chantage, de corruption, etc. Autant de défis auxquels devra faire face le nouveau directeur général de SCB Cameroun.