Economie

Luc Magloire Mbarga Atangana : le marchand d'incertitudes

Luc Magloire Mbarga Atangana : le marchand d'incertitudes

Alors que la crise sanitaire fait rage, plusieurs personnalités se sont illustrées par des attitudes, postures et prises de parole qui ont déconcerté plus d’un.

Cet article est issu d’un dossier traité par Mutations n°5057, intitulé « Coronavirus au Cameroun, le grand bêtisier ».

Depuis l’apparition du coronavirus au Cameroun, le ministre du Commerce (Mincommerce) multiplie les communiqués pour appeler au respect des prix homologués et mettre en garde contre la spéculation. L’autre champ de bataille est la lutte contre la dissimulation des stocks par certains commerçants en vue de créer une pénurie. Plusieurs surfaces et entrepôts à Yaoundé, Douala ou encore Bafoussam ont ainsi été scellés. Et à chaque opération, Luc Magloire Mbarga Atangana est accompagné d’une forte escouade médiatique.

Si ce déploiement est louable a priori, l’on peut s’interroger sur son efficacité. En effet, il persiste un écart abyssal entre les discours, les communiqués, les descentes médiatisées sur le terrain et la réalité sur les étals. Les prix de diverses denrées ont explosé et les plaintes des consommateurs se multiplient. Le citron, même si ce n’est pas sa pleine saison en ce moment, n’a jamais coûté aussi cher. Pareil pour le gingembre. La flambée des prix de ces denrées est alimentée par des informations qui présentent ces produits comme des remèdes miracles contre le coronavirus. La ménagère fait également la grimace devant des céréales telles que le riz et dont le prix est de nature à couper l’appétit.

Des équipes du Mincommerce ont aussi été aperçu dans quelques pharmacies de Yaoundé le 24 mars. Opération sans succès. En effet, plusieurs produits essentiels dans la lutte contre le coronavirus ont eux aussi connu une forte hausse des prix dans ces officines. Les gants et les masques de protection, mais surtout les gels désinfectants, sont passés du simple au double, au grand dam des consommateurs. Idem pour certains médicaments à base de chloroquine. Pour Luc Magloire Mbarga Atangana, il faudra trouver des outils plus efficaces pour venir à bout de la tendance haussière générale observée en ce moment.