Economie

l'Etat face à des risques avec le nouveau système douanier «CAMCIS»

l'Etat face à des risques avec le nouveau système douanier «CAMCIS»

Des responsables au ministère des Finances et particulièrement à la Direction Générale des Douanes (DGD) affirment que l’Etat pourrait perdre d’importantes ressources financières à travers la mise en place du nouveau système douanier «CAMCIS».

En effet, l’impréparation et «l’affairisme» lors du lancement de ce nouveau système au sein de l’administration douanière ont été évoqué alors que le gouvernement multiplie des stratégies afin d’engranger un maximum de recettes dans ce secteur.

Le Messager a révélé que « le basculement opéré le 6 avril 2020 constitue un goulot d’étranglement, au point où l’on se demande si le Cameroun avait véritablement besoin de ce nouveau système douanier, tout au moins, la façon dans lesquelles les choses se passent actuellement».

Un inspecteur des douanes dans l’anonymat a également dénoncé une «procédure bâclée à cause de l’affairisme de certains d’entre nous qui ont vendu du vent à la hiérarchie. Conséquence, si rien n’est fait au plus vite pour rectifier le tir, c’est le trésor public qui va continuer de saigner comme c’est le cas depuis quelque temps, juste parce que des esprits véreux veulent se faire de l’argent sur le dos de l’Etat». Cela s’ajoute ainsi aux multiples plaintes des usagers qui parlent d’impréparation et d’occasion pour certains de détourner de l’argent.

Et selon des sources du journal, «il faut craindre une forte chute des recettes douanières, à moins que le ministre des Finances prenne une décision courageuse, en renvoyant par exemple de quelques mois le «vrai basculement» de CAMCIS à SYDONIA, le temps pour l’administration douanière de bien huiler le nouveau système douanier».

Pour rappel c’est le 2 janvier 2020 que le système CAMCIS devait être opérationnel. D’ailleurs notee confrère explique : «Ce nouveau système n’a pu être lancé, suite à la grogne des syndicats, représentés par l’Union des Consignataires et Armateurs du Cameroun (UCAM) qui a saisi le ministre des Finances depuis le 20 décembre 2019 pour marquer sa désapprobation par rapport au lancement de CAMCIS le 2 Janvier 2020».