Economie

France acte la fin du FCFA dans les pays de l’Afrique de l’ouest

France acte la fin du FCFA dans les pays de l’Afrique de l’ouest

Après de longues années d’asservissement monétaire, lebledparle.com apprend de la Radio France international que la France a marqué son accord pour la fin du FCFA en Afrique de l'Ouest.

Le projet de loi qui entérine la fin du franc CFA a été adopté mercredi en Conseil des ministres, un texte « très attendu » par les pays de l'Union monétaire ouest-africaine, a annoncé la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

« Ce texte valide la transformation du franc CFA, qui deviendra l'Eco en maintenant la parité fixe avec l'Euro, ainsi que la fin de la centralisation des réserves de change des Etats d'Afrique de l'ouest auprès du Trésor français, conformément à l'accord conclu fin décembre entre la France et les États de l'Union monétaire ouest-africaine », a-t-on appris de RFI.

Rappelons qu’à la fin d’année 2019, soit deux ans après le constat alarmiste des responsables ouest-africains, seul le Togo réussit à respecter les fameux critères de convergence de premier rang. Réunis à Abuja, les chefs d’Etat et de gouvernement de la région adoptent malgré tout le symbole de l’eco – « EC » – ainsi que le nom de la future banque centrale, la BCAO, Banque centrale de l’Afrique de l’Ouest.

Parallèlement à tout ceci, à Abidjan en Côte d’Ivoire, le président ivoirien Alassane Ouattara annonce, en présence de son homologue français, Emmanuel Macron, le remplacement du franc CFA pour les pays de l’UEMOA par un eco à parité fixe avec l’euro et garanti par la France.

Moins d’un mois plus tard, le 16 janvier 2020, à l’issue d’une réunion, toujours à Abuja au Nigeria, le conseil de convergence de la zone monétaire d’Afrique de l’Ouest souligne dans son communiqué final que l’annonce du chef de l’État ivoirien « n'est pas conforme avec la décision de la Conférence des chefs d'État et de gouvernement de la CEDEAO d’adopter I'éco comme nom d'une monnaie unique indépendante de la CEDEAO. »

Un épisode qui illustre certes les difficultés de ce processus d’intégration monétaire, mais qui n’y met pas un terme, bien au contraire. Car dans ce même communiqué, « le Conseil de convergence de la ZMAO recommande qu'un sommet extraordinaire de la Conférence des chefs d‘État et de gouvernement des États membres de la ZMAO se réunisse prochainement pour examiner en profondeur cette question et d‘autres questions connexes. »