Economie

Coronavirus au les facettes de la fraude des produits pétroliers

Coronavirus au les facettes de la fraude des produits pétroliers

Selon de récentes révélations de la Société nationale des hydrocarbures, la première forme de fraude concerne les importations de contrebande.

Dans son magazine du mois de mai, la Société nationale des hydrocarbures (Snh) révèle les différentes facettes de la fraude des produits pétroliers au Cameroun. A en croire la publication, la première forme de fraude concerne les importations de contrebande.

« La pratique consiste à faire entrer de façon illégale au Cameroun, des carburants des pays voisins,‘où les prix sont inférieurs à ceux en vigueur sur le territoire national. Certains de ces produits proviennent du vol de produits issus du. circuit légal, d’autres de raffineries artisanales illégales. Ils sont revendus sur le marché local sans droits de douane, ni taxes », révèle la Snh.

Elle indique qu’il y a également les. fausses exportations et les soutages fictifs. Il s’agit ici des produits déclarés pour l’exportation ou destinés aux soutes des navires, mais qui sont reversés dans des stations-services ou vendus aux grands consommateurs. Ces produits, qui sont exonérés de certaines taxes du fait de la destination déclarée, assurent d’importants gains aux fraudeurs et des pertes à l’Etat.

Une autre pratique est le détournement des essences exonérées de certaines taxes, destinées à des administrations précises, à l’instar des forces de défense ou des exploitations minières. Le coût de certains de ces produits est entièrement supporté par l’Etat. Mais, ils se retrouvent en stations-services ou chez de grands consommateurs.

Frelatage du supercarburant

Le mélange du gasoil avec le pétrole lampant est une autre pratique courante. Le mode opératoire des fraudeurs consiste, ici, à’ mélanger, du super ou du gasoil avec une quantité de pétrole lampant allant parfois jusqu’à 50% du volume. Ce mélange est ensuite vendu au prix du gasoil ou du super, ce qui entraîne des gains énormes pour les fraudeurs, en raison de la différence de prix entre ces produits et le pétrole lampant fortement subventionné par l’Etat parce que destiné aux populations peu nanties.

Il y a, enfin, des mélanges de produits de qualité douteuse avec les carburants. « Ces mélanges augmentent la pollution environnementale par le rejet de substances toxiques et exposent les populations à des problèmes de santé. Toutes ces pratiques entrainent des gains supplémentaires pour les fraudeurs, tout en privant l’Etat des recettes fiscales escomptées. Elles sont aussi responsables de la détérioration des moteurs, de l’augmentation de la pollution environnementale, des risques pour la santé et pour la sécurité des hommes et des biens », regrette la Snh.

Pour pallier la situation, la société d’hydrocarbures, analyses et contrôles (Hydrac) fait le bilan des retombées du marquage chimique des produits pétroliers, mise en œuvre au Cameroun depuis 2012. «Nous pouvons citer la réduction de la fraude de 36% à moins de 2% et l’augmentation des gains fiscaux de l’État dans ce secteur, soit environ 40 milliards de Fcfa par an. Il y a également la préservation des moteurs des véhicules et autres outils de production, ainsi que la réduction de la pollution environnementale et la préservation de la santé des populations», déclare son directeur général, David Ekoume, dans une récente interview publiée par le magazine Snh Infos.

Le marquage des produits pétroliers, explique M. Ekoume, consiste en l’introduction d’infimes quantités de marqueurs ou traceurs élaborés à base de nanoparticules dans des produits pétroliers, en fonction de leur taxation et de leur destination. Des contrôles inopinés et répétitifs sont ensuite organisés sur le terrain à l’aide des équipements appropriés, permettant de détecter de façon quasi instantanée toutes les formes de fraude.

Hydrac est engagée dans le contrôle de la qualité et des quantités de produits pétroliers ‘ depuis sa création en 1982. Comme moyens de lutte mis en œuvre à ce jour, l’entreprise énumère entre autres: le contrôle à l’importation de la qualité et des quantités de produits pétroliers, le contrôle des quantités et de la qualité des produits dans les stations-services pour le compte des mar-keteurs, la recherche de la pollution dans les produits pétroliers commercialisés, les audits des pertes pour le compte des marketeurs, etc.