Economie

Comment le Covid-19 a changé les entreprises

Comment le Covid-19 a changé les entreprises

Les communications au sein de certaines sociétés se font par vidéo conférence, au détriment des vieilles pratiques qui avaient la peau dure.

Le visiteur qui se présente à l’entrée du 7ème étage de l’immeuble siège de l’ex-Office national de commercialisation des produits de base (Oncpb) est impressionné. Il doit sonner et attendre devant la porte à verrouillage/automatique. Elle s’ouvre sur un jeune homme au visage couvert d’un cache-nez. Sous le regard bienveillant de l’agent de gardiennage en combinaison jaune, le visiteur, bien que pressé, doit se soumettre aux règles d’hygiène de base : désinfection des mains avec le savon mousseux contenu dans une bouteille de plastique.

Suivie de leur lavage et rinçage sous une bonbonne disposée près du mur. Seul manque à l’appel le masque. Le couloir derrière la porte dessert la salle de réunion du Conseil Interprofessionnel du Cacao et du Café (CICC), ainsi que le cabinet du Secrétaire exécutif de cette association de droit privé à but non lucratif exerçant des mission d’intérêt général, regroupant les organisations professionnelles de l’agriculture, du commerce, de l’industrie et des services des filières cacao et café.

Ce vendredi, 03 avril 2020, le Secrétaire exécutif du CICC, Orner Gatien Maledy assure la coordination depuis son cabinet, qui a une vue prenante sur les eaux du fleuve Wouri. La grande salle derrière laquelle a été aménagée une cabine de traduction séparée de la salle par une baie vitrée, n’a pas accueilli de réunion ce matin. Elle n’en a pas abrité non plus la veille, ni la semaine précédente. Cette absence de réunion physique dure depuis deux mois. Deux étages plus bas, le reporter est accueilli par une femme au nez masqué, portant des gants blancs.

Il se fait flasher le visage au moyen d’un thermoflash que la femme en combinaison jaune pointe près des yeux du visiteur. Le reporter lave à nouveau les mains après les avoir savonnées avec une solution hydroalcoolique.' »Même si vous avez déjà effectué ce lavage à l’autre palier de l’immeuble, vous devez le refaire ici », prévient-elle. Le chef du département des Opérations, Sylvestre Essono Messanga et le chef du département du développement, Hermann Yanka Nana travaillent en vidéo conférence, chacun derrière son ordinateur. La tronche de leurs interlocuteurs respectifs apparaît dans l’écran allumé sous leurs yeux.

Le Covid-19 a bouleversé les habitudes au sein de certaines entreprises. Au Port autonome de Douala (Pad), les visites sont désormais filtrées et limitées, et la fréquence des réunions réduite. Un cadre aux Assurances générales du Cameroun (Age) nous a confié que les réunions sont suspendues pour le moment. Ce qui n’empêche cependant pas que certains personnels continuent de vaquer à leurs occupations quotidiennes. La Mairie de la ville de Douala n’est pas indifférente à la détresse que traversent actuellement les entreprises.

Dès le 21 mars, au lendemain de leur prestation de serment, synonyme de leur prise de fonction, ces élus se sont penchés sur la question du coronavirus en présence des maires des six communes d’arrondissement de Douala. Il a ainsi été décidé, entre autres mesures, d’appuyer les entreprises dans leur effort de prévention de la pandémie de Covid-19. Le 03 avril dernier, le 4ème adjoint au maire de la ville, Marie Louise Adzogo a entamé une tournée dans les entreprises et dans 100 administrations. Elle s’est rendue entre autres au CICC, où elle a remis six bonbonnes d’eau, en fait des fontaines mobiles ou cubitenaires devant contenir les solutions de désinfection des mains.