Divertissement

Une nouvelle victoire pour le rappeur Maahlox !

Une nouvelle victoire pour le rappeur Maahlox !
Autoproclamé ‘’Leader de la résistance’’, le rappeur Camerounais Maalhox Le Viber mène une lutte acharnée pour la reconnaissance et le respect des artistes « Made in Cameroon ». Et le monde du showbiz camerounais est en pleine effervescence depuis le mouvement de revendication lancé par ce dernier. Pour le rappeur considéré comme ‘’l’artiste le plus influent de sa génération’’, il est temps que les multinationales installées au Cameroun respectent les artistes camerounais au même titre que les artistes internationaux.

La revendication est née suite à une affaire de cachet, notamment quand le traitement d’un artiste venu d’ailleurs diffère largement de celui des artistes camerounais. Salatiel en a fait les frais face au congolais Hiro dans une campagne pour grande firme brassicole (Kadji Beer) à travers son produit K44.

Rappelons qu’au départ c’est l’artiste camerounais Salatiel qui avait été choisi pour cette campagne. Mais il a été remplacé suite à un désaccord financier avec la firme.

«SALATIEL est non seulement l’un des meilleurs musicien ( je dis bien musicien ) de notre génération , mais aussi l’auteur compositeur de plusieurs titres à Succès connus de tous au Cameroun .

c’est un chef d’entreprise car c’est lui le patron du label ALPHA BETTA RECORDS

Il a Produit et a permis au peuple camerounais de découvrir des talents tel que MR LEO BLAISE B etc..

Il a écrit ou co-écrit des titres à succès pour des artistes tel que DAPHNEE ou BLANCHE BAYLLI

Il a investi dans le projet de création d’une structure de réalisation vidéo qui a révélé DR NKENG qui est aujourd’hui l’un des meilleur réalisateur de toute l’Afrique.

Il a collaboré avec des artistes à la renommée mondiale tel que Beyoncé et Pharrell williams etc..

Ce jeune camerounais a déjà investi des millions de francs sorti de sa propre poche pour le développement de son pays le Cameroun

Aujourd’hui on l’insulte et on veut le rabaisser le ridiculiser sous nos yeux en déplaçant HIRO et tout son staff de la France pour venir représenter une bière dites 100% CAMEROUNAISE ET FIER DE L’ÊTRE devant lui simplement parce que les responsables de cette multinationale on fait appelle à SALATIEL celui ci a demander un cachet de 3 millions de fcfa ils ont dit que mieux ils déplacent HIRO et toute sont équipe de la France pour le Cameroun et lui donnent un cachet exorbitant vous-même dites moi si tout ça a un sens ?

Question :

Le Cameroun et les camerounais profitent à quel moment quand on demande aux camerounais de consommer cette bière donc on dit êtres 100% CAMEROUNAISE ET FIER DE L’ÊTRE et que a la fin les revenus servent à financer plutôt le développement de l’industrie musicales étrangère ?

Arrêtez de prendre les camerounais pour des moutons le tour si ça sera un camerounais sur la scène où rien.

N’est ce pas c’est vous qui avez dit que vous faites du 100% CAMEROUNAIS ET FIER DE L’ÊTRE ? Respectez donc vous-même ce que vous avez dit.

On va tous faire du 100% camerounais maintenant.

L’argent des camerounais doit rester entre les mains des camerounais ». tels sont les mots d’ordre choisi par Maalhox pour illustrer son combat.

L’appel lancé par Maahlox a vite été suivi par les autres artistes de la musique urbaine. Sam Mbende, Lady Ponce, Mani Bella, Tenor Chantal Ayissi entre autres sont entrés dans la danse. Les soutiens affluent sur la page facebook de l’artiste.

Le dernier soutien qui a émerveillé plus d’un n’est autre que le grand animateur Claudy Siar pour qui «Maalhox est un artiste de la génération consciente». Ce dernier a d’ailleurs partagé sur sa page une vidéo de l’artiste.

Il faut souligner que certains artistes font déjà les frais de ce soulèvement, le concert de Ferre Gola au Cameroun a été purement et simplement boycotté.

Suite à cette revendication, la brassicole a fini par reconduire Salatiel comme ambassadeur de son produit K44.

Ce n’est pas seulement au Cameroun que ce problème de cachet se pose. Dans presque tous les pays africains, les artistes venus d’ailleurs ont toujours été mieux traités par rapport aux locaux.